Atelier 6 : Evolutions foncières et agroécologie

Intervenants :
  • Rémy Silve, directeur de la Safer Maine-Océan
  • Mickaël Jacquemin, agriculteur marnais a développé une une plateforme internet gratuite d’échange de parcelles 

Dans le futur, le statut foncier des exploitations pourrait évoluer fortement :
  • Les contraintes légales sur la gestion environnementale seront plus fortes en ce qui concerne les aménagements écologiques et les choix de production pour satisfaire des objectifs de biodiversité, de gestion du carbone, de gestion quantitative de eaux, d’érosion, de protection des pollinisateurs, de contrôle des pollutions, ce qualité des paysages…
  • Beaucoup de propriétaires exploitants ont acquis la terre, et leurs enfants ne souhaitent pas reprendre les exploitations. Soit, la gestion de la propriété (fermage) reste dans les mains des héritiers, soit elle est mutualisée : les propriétaires fonciers échangent la propriété matérielle contre des parts de capital de sociétés foncières.
  • Ces sociétés pourraient dans le futur faciliter la gestion des règles environnementales en signant des baux comprenant les obligations environnementales, et en restructurant les exploitations. Leur capital étant immuable, leur stabilité pourrait en faire des entreprises destinées à investir dans l’agriculture (compétitivité, qualité) et la ruralité.

Atelier animé par Michel Griffon, président de l'association AEI